Qui est Théodore Reinach?

1860-1928

Théodore est né à St Germain en Laye. Il fait de très brillantes études à Paris. Il deviendra archéologue, mathématicien, juriste, historien et homme politique.
En 1886, il épouse en 1ères noces; Eveline Kann avec qui il a deux enfants (Hélène et Gabrielle). Veuf, en 2des noces, il épouse la cousine, Fanny-Thérèse Kann. Ils ont quatre garçons, Julien, déporté à Drancy puis à Bergen-Belsen ; Léon, déporté et assassiné à Auschwitz avec sa femme et leurs deux enfants ; Paul et Olivier). L’attrait des lacs et de la montagne attire Reinach en Savoie en 1898.

La notoriété de T. Reinach

Avocat, docteur en lettres, spécialiste de l’antiquité grecque, il enseigne au Collège de France, à l’Ecole des Hautes Etudes, à la Sorbonne. C’est un érudit infatigable : il participe à la rédaction de diverses revues et d’encyclopédies. Agnostique, il prend une grande part aux efforts de l’Union Libérale Isralélite pour rajeunir le judaïsme.

Député savoyard de 1906 à 1914

Théodore Reinach fait partie de la gauche radicale et de l’Alliance Démocratique dès l’origine en 1901. En 1903, il crée à Chambéry, le journal républicain progressiste « le Démocrate savoisien ». Dès lors il participe à la mouvance radicale locale. En 1906, il devient député de la 1ère circonscription de Chambéry.

A l’Assemblée, sa tâche de tribun de la République le conduit à défendre l’impôt sur la fortune, la protection des richesses artistiques françaises, l’école laïque et la justesse de représentation proportionnelle.

En Savoie, T. Reinach intervient fréquemment en faveur d’Aix pour son casino et le futur hôpital. Il s’intéresse particulièrement à l’agriculture de son département, aux sociétés mutuelles. Pour lui, l’aménagement des lacs savoyards doit trouver un équilibre entre industrie, tourisme et agriculture. Partisan du progrès, il soutient le projet du conseil municipal pour une école d’agriculture à La Motte-Servolex. Sa générosité pour les écoles primaires laïques de sa circonscription fait date. Soucieux du patrimoine savoyard, il demande à l’Assemblée le classement des Charmettes, la protection de l’ancien évêché; Albert Costa avait été nommé directeur du futur musée savoisien toujours en préfiguration, c’est Reinach qui interviendra encore au Parlement en 1913, pour sa réalisation effective.

Ses héritiers lèguent un fonds Reinach aux archives départementales et à la bibliothèque de Savoie. Ils vendent également le domaine Reinach à La Motte-Servolex au Conseil Départemental de la Savoie en 1936.